accueil

 

 

REVELATIONS PRIVEES ET VISIONS

 

Une dame est venue raconter à son curé qu'elle avait vu et entendu la Vierge Marie. Celui-ci lui répondit avec sagesse : " Vous avez reçu une très grande grâce, ne la racontez à personne ! " Cette dame a sans doute été déçue par cette réponse de sagesse, mais il est vrai qu'après une grande grâce, le malin redouble d'efforts pour nous faire tomber …

Ce n'est pas la communion des saints qui justifie l'écoute des messages d'une personne décédée. L'écoute volontaire ou non, c'est du spiritisme. Si le père ou la mère, le fils ou la fille, décrétait : je REFUSE d'écouter cette voix AU NOM DE JESUS et qu'il tienne dans sa résolution et sa prière : il n'y aurait plus aucun message !... Le malin nous tente par notre côté le plus fragile : notre affectivité blessée par le deuil ou bien par l'orgueil !

Actuellement, il y a une certaine presse qui relate des (soi-disant) prophéties catastrophiques, des messages de menaces etc !... Si avec un bon sens chrétien, on faisait ce qu'a dit Jésus, personne ne donnerait crédit à toutes ces paroles de dangers imminents, de périls qui font trembler. Le plus grand danger, le plus grand péril est d'être séparé de l'amour de Dieu par notre propre volonté, en refusant la grâce de notre salut, car Dieu Lui ne nous abandonne jamais. " IL frappe sans cesse à la porte de notre cœur " (Apocalypse) attendant qu'on Lui ouvre pour nous donner le Bonheur Eternel.

D'autre part, il convient de voir l'état spirituel de cette personne qui dit recevoir des messages ou des visions et de constater les fruits de conversion qui doivent découler de l'écoute du Seigneur, de la Vierge Marie ou de ses saints, en se souvenant que depuis le commencement le malin cherche notre perte. Or l'écoute de personnes défuntes conduit très vite au spiritisme et à l'écriture automatique, pratiques occultes défendues
" par le Seigneur lui-même
" et par l'Eglise.

PAR LE SEIGNEUR
Lorsque tu seras entré dans le pays que Yahvé ton Dieu te donne, tu n'apprendras pas à commettre les mêmes abominations que ces nations-là. On ne trouvera chez toi personne qui fasse passer au feu son fils ou sa fille, qui pratique divination, incantation, mantique ou magie, personne qui use de charmes, qui interroge les spectres et devins, qui invoque les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à Yahvé ton Dieu, et c'est à cause de ces abominations que Yahvé ton Dieu chasse ces nations devant toi. (Deutéronome 18,9-12
)

Voici que moi et les enfants que Yahvé m'a donnés nous devenons signes et présages en Israël, de la part de Yahvé Sabaot qui habite sur la montagne de Sion. Et si on vous dit: "Allez consulter les spectres et les devins qui murmurent et qui marmonnent", n'est-il pas vrai qu'un peuple consulte ses dieux, et les morts pour les vivants? Pour l'instruction et le témoignage, sûrement on s'exprimera selon cette parole d'après laquelle il n'y a pas d'aurore. Isaïe 8, 18-20


PAR L'EGLISE :
CONGRÉGATION POUR LE CULTE DIVIN ET LA DISCIPLINE DES SACREMENTS
DIRECTOIRE SUR LA PIÉTÉ POPULAIRE ET LA LITURGIE
PRINCIPES ET ORIENTATIONS (extraits)
Cité du Vatican Décembre 2001

258. Du point de vue doctrinal, il faut éviter:
- le danger de maintenir dans les expressions de la piété populaire envers les défunts, des éléments ou des aspects inacceptables du culte païen des ancêtres;
- l'invocation des morts au moyen de pratiques divinatoires;
- le fait d'attribuer à des personnes défuntes la signification de certains événements, souvent imaginaires, dont la peur conditionne souvent le mode d'agir des fidèles;
- le risque que s'insinuent des formes de croyance en la réincarnation;
- le danger de nier l'immortalité de l'âme et de dissocier la mort de la réalité future de la résurrection, ce qui a pour effet de présenter la religion chrétienne comme une religion des morts;
- l'application des catégories spatio-temporelles à la condition des défunts

Il y a bien d'autres documents de l'Eglise qui nous invite au discernement et à la plus grande prudence, en matière de messages ou de visions venant d'un défunt, de la Vierge Marie et même du Christ Jésus. C'est aux bons fruits qu'on reconnaît le bon arbre.


Extrait du message de Jean Paul II de décembre 2001
Piété populaire et révélations privées
90. Depuis toujours et en tous lieux, la religion populaire s'est intéressée aux phénomènes et aux faits extraordinaires, qui sont souvent liés à des révélations privées. Celles-ci concernent particulièrement la piété mariale, du fait des "apparitions" et de leurs "messages" respectifs, même si elles débordent ce cadre. À ce propos, il convient de rappeler ce que déclare le Catéchisme de l'Église Catholique: "Au fil des siècles il y a eu des révélations dites "privées" dont certaines ont été reconnues par l'autorité de l'Église. Elles n'appartiennent cependant pas au dépôt de la foi. Leur rôle n'est pas d' "améliorer" ou de "compléter" la Révélation définitive du Christ, mais d'aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l'histoire. Guidé par le Magistère de l'Église, le sens des fidèles sait discerner et accueillir ce qui dans ces révélations constitue un appel authentique du Christ ou de ses saints à l'Église" (n. 67). Cité du Vatican

Or la Congrégation pour la doctrine de la foi a bien rappelé en 1996 : " L'interprétation que certaines personnes donnent à une décision approuvée par Paul VI le 14 octobre 1966 et promulguée le 15 novembre de la même année, en vertu de laquelle les écrits et les messages provenant de présumées révélations peuvent être librement diffusées dans l'Eglise, n'est absolument pas valide. (Bulletin officiel de la Salle de Presse du Vatican, 29 novembre 1996).

Enfin le cardinal Godfried DANNEELS, archevêque de Malines Bruxelles, écrivait :
le 26 février 1993

"Dieu a parlé dans la Bible. La Bible est sa parole définitive qui ne peut plus être ni abolie, ni relativisée, ni dépassée. On ne peut évidemment pas bâillonner Dieu. Il ne peut donc jamais être exclu qu'Il parle encore par la bouche de certaines personnes. Mais il est impossible que ce faisant Il se contredise; tout ce qu'Il peut dire dans les révélations privées est uniquement commentaire de ce qui a été dit. Les révélations privées doivent se contenter de reprendre, appliquer, actualiser, rappeler certains points avec insistance, leur conférer un caractère d'urgence. Pour que le discernement soit possible, il faut tenir compte tant des "voyants" que du contenu de leur message. Nombre de ces personnes sont honnêtes et convaincues; elles disent souvent : "J'ai vu ce que j'ai vu, je ne peux donc me taire à ce sujet". Elles se sentent investies d'une mission. Mais leur assurance, leur conviction, ne constitue pas automatiquement une garantie que les phénomènes prodigieux allégués sont réels. Tant il est vrai que sincérité n'est pas nécessairement synonyme de vérité et qu'on peut se tromper en toute sincérité.
" Au plan humain : il faut tenir compte de l'équilibre manifesté par le "voyant", de son bon sens. Autre critère : le voyant disparaît-il derrière son message ou celui ci sert il surtout à mettre en lumière le voyant ? Et encore quelle est la structure du groupe qui entoure le voyant ? Qui a le pouvoir et comment ce dernier est il exercé ? Les membres du groupe restent ils libres ? Des intérêts financiers sont ils en jeu ? Par ailleurs aime t on paraître ou choisit on la discrétion et la réserve ? Est on accessible aussi à certaines remarques ?
Au plan chrétien : la première question à poser est celle des fruits de la révélation.
" Celle ci concorde t elle avec l'Évangile et la Tradition? Apporte t elle quelque chose à l'Église ? Contribue t elle au progrès du Royaume de Dieu ? Le discernement, on ne doit jamais y procéder seul. Nous avons besoin de l'Église à cet effet. Tant que l'Église n'a pas reconnu une révélation elle reste incertaine (extraits)

Rappelons que nous devons prier pour nos défunts pour qu'ils entrent dans la plénitude de Dieu. Nous ne demandons aux saints de prier pour nous que dans la mesure où leur sainteté est évidente et nous donne la certitude qu'ils sont dans la gloire de DIEU. Cependant notre seul intercesseur est le CHRIST qui agit en eux.
Donc la prudence invite toute personne à taire ses révélations privées, sauf à son directeur spirituel, et en aucun cas à en faire un livre et à les publier.
Monique.M

Voici une analyse sérieuse sur un livre de messages d'Axelle Mouret "Il est plus que temps d'aimer"

en format PDF

Accueil